Presse / Actu

Toutes les actualités

Lacq: des cuves géantes pour stocker puis valoriser le CO2

01/06/2012

Elles ont mis quasiment 48 heures à faire la route entre Bayonne et Lacq. Parties mardi du port, les trois cuves géantes d'aluminium, fabriquées en Turquie et livrées hier sur le site de l'unité en construction de Messer à Lacq, auront transité par Bayonne bien sûr, Peyrehorade, Amou, la rocade de Pau, Lescar avant de revenir en direction de la plate-forme Induslacq. Un itinéraire biscornu et négocié avec les pouvoirs publics qui a obligé à interdire ponctuellement la circulation sur certains axes, volume des cuves oblige. «Elles mesurent chacune 40 mètres de long, pèsent 56 tonnes et peuvent contenir 300 tonnes de CO2» indique la porte-parole de Messer, Angélique Rénier. Soit une capacité de 900 tonnes pour la mise en service de l'usine dans quelques mois.

L'atout ferroviaire

Avec cette installation réalisée hier, Messer attaque donc la dernière étape de la construction de sa future unité. Cette dernière, dont les travaux ont débuté l'été dernier, devrait être livrée cet automne. Montant de l'investissement: 12 millions d'euros et 23 nouveaux emplois créés, directs et indirects inclus.

Objectif, valoriser le CO produit par l'usine voisine d'Abengoa, productrice de bioéthanol et qui jusqu'alors partait dans l'atmosphère. «Ce gaz carbonique est issu de la fermentation du maïs. Nous nous proposons de le capter. Il arrive ici sous forme liquide est purifié avant d'être expédié à nos clients.»

Déjà présent dans le Sud de la France sur la plate-forme chimique de Lavera, près de Marseille, Messer souhaitait depuis longtemps s'implanter dans le Sud-Ouest, afin de se rapprocher de ses clients et d'en capter de nouveaux notamment dans l'industrie agro-alimentaire. Le réseau ferroviaire propre à la plate-forme à Lacq et donc la possibilité d'expédier sa production par train vers une zone de stockage à Blanquefort ont été un argument important pour l'industriel à l'heure du choix du site.

Sur les 70 000 tonnes produites par an, un tiers devrait en effet emprunter le rail. Messer mise beaucoup sur cette implantation en Béarn et espère doubler la capacité du site d'ici deux ans. De nouvelles cuves géantes feraient alors leur apparition à Lacq.

Source : www.larepubliquedespyrenees.fr

Archives